Prédateurs des hérissons

Comme vous le savez, le hérisson est un insectivore nocturne, on le prénomme le baladeur nocturne. Il se promène très souvent dans de la verdure et même, vous  aurez parfois la chance ou non de pouvoir les croiser dans vos jardins. Ce sont leur lieu de promenade préféré afin de pouvoir trouver une alimentation pour se nourrir. En effet, c’est souvent dans ces lieux là, que l’hibernation des hérissons auront lieu. Cela signifie que les hérissons doivent trouver un abri sécurisé afin de pouvoir hiberner tranquillement et se réfugier de ses prédateurs.

Reproduction des hérissons

Arrivant en fin de cycle d’hibernation et à la saison printanier, les hérissons vont pouvoir passer à la reproduction des herissons, à l’accouplement. La reproduction est une étape très importante dans la vie du hérisson. Le hérisson mâle fera sa parade amoureuse (parade nuptiale) auprès de la femelle hérisson avant d’aller vaquer à ses occupations.

La période la plus favorable à la reproduction des hérissons

Cependant, la période de reproduction des hérissons peuvent différer selon les pays : mai/juin (condition climatique). En effet, nous indiquons que la période favorable est fin du cycle de l’hibernation des hérissons et la saison du printemps mais cela ne reste qu’à titre indicatif.

Les risques pour les hérissons

Il existe des risques lors de la reproduction des hérissons dite « accouplement des hérissons » notamment dû à leur piquant. Pour éviter toute agressivité  entre hérisson, la femelle hérisson couche ses piquants vers l’arrière.

Mais il existe d’autres risques pour les hérissons. Notamment, il existe plusieurs prédateurs pour les hérissons qui menaceraient leur survie.

Malgré la morphologie et la musculature des hérissons qui sont leur moyen de défense ne peuvent parfois échapper aux griffes de leur prédateurs malveillants. Le hérisson boule piquante lorsqu’il se recroqueville sur lui même pour se former en boule pour se protéger, est parfois induire en erreur par leur prédateur.

Les hérissons, victimes de ses prédateurs

Le hérisson semble être une proie facile pour ses prédateurs ; en chasse, ce petit être ne recule devant rien lorsqu’il s’agit de se nourrir. La plupart du temps ostensible à la vue de tous, il est très vite repéré par ses ennemis. L’insignifiant et candide animal, se transforme rapidement en une véritable arme vindicative contre tous ceux qui osent l’attaquer. Le hérisson est doté d’un système de défense imparable : de longs piquants qui ornent son dos et ses flancs. Au moindre bruit inconnu ou signal d’une présence inhabituelle, le hérisson entre dans une posture défensive: épaules rentrés, le museau baissé et ses piquants sont redressés sur le front afin de protéger sa tête et si le danger se précise, il escamote ses pattes et se recroqueville sur lui-même afin de ne former qu’une boule épineuse. Cependant, malgré l’incroyable détermination du petit animal à trouver de la nourriture et à se défendre, le mammifère insectivore, le hérisson n’est pas toujours de taille à résister contre plus gros que lui, et, même s’il peut être rapide, la plupart de ses prédateurs arrivent aisément à le rattraper.

Les animaux prédateurs des hérissons

Malgré leur cuirasse de piquants, le hérisson boule piquante semble avoir un bon dont les serres et les griffes ne reculent qu’à peine devant les piquants du hérisson, nombre d’adversaires malveillants comme la chouette hulotte le sanglier, le corneille ou bien encore la buse variable.

Mais des dangers encore plus grands le guette: le renard (qui est très rapide et peut arriver à le prendre à la gorge avant qu’il se mette en boule) et le blaireau qui, lui, peut arriver même à « l’ouvrir » une fois en boule. On ne peut malheureusement pas faire grand chose pour le protéger d’eux : la nature est ainsi faite.

Cependant, depuis l’apparition de la rage, les populations de ces deux carnassiers ont diminué à foison, et ces prédateurs ne représentent plus par conséquent un facteur de mortalité important. Quant aux ennemis venimeux tels que le serpent ou le scorpion, le hérisson compte principalement sur sa défense d’épines pour en venir à bout.

L’aigle royal, le hibou grand-duc et la martre, représentent par la même occasion des effroyables prédateurs, mais les restes de hérisson retrouvés dans l’estomac ou les pelotes de réjection de ces animaux correspondent sans doute pour partie à des hérissons morts mangés sur les routes. En zone urbaine, certains chiens tuent sans peine les hérissons ; les chats et les fouines peuvent également détruire une nichée.

Les prédateurs tuent seulement 9% des hérissons. Les risques les plus considérables que courent les hérissons sont liés à nos modes de vie.

Ces prédations ne représentent sûrement pas un très gros pourcentage comparés aux hérissons écrasés par des voitures, brûlés dans des feux de broussailles, et voire même prélevés par certains humains pour leur consommation (qui est interdite, espèce protégée).

Les prédateurs humains des hérissons

Aujourd’hui, les hérissons vivent en majorité dans les jardins, toutefois leur sécurité ne s’y trouve pas pour autant, car de nouvelles menaces sont apparues : l’Homme et l’urbanisation.

Le trafic routier : un réel danger pour hérissons

L’Homme représente la plus grande menace pour les hérissons du fait de tous les dangers provoqués par celui-ci. Le trafic routier est l’un des dangers les plus visibles pesant sur l’espèce des hérissons. En effet, le hérisson dès qu’il sent un éventuel danger, ou bien dès qu’il se sent lui-même en danger, la posture de la boule oblige, dont à l’approche d’un véhicule automobile. 10 300 pauvres hérissons sont tués chaque année en France, sans compter ceux qui sont blessés. Cette grande perte de hérissons nuit gravement à la reproduction des hérissons.

D’après une étude réalisée en Suisse sur 439 km de route, chaque année nous dénombrons en moyenne, un hérisson mort tous les 300 mètres dû au trafic de voitures. La mort prématurée des hérissonneaux et hérissons représente un enjeu néfaste face au bon maintien de la survie des hérissons. Cela conduit donc à l’austérité de la reproduction des herissons.

Les dangers des maladies et des pesticides envers les hérissons

De plus, l’épandage sur les cultures de pesticides nuit sévèrement au hérisson car ceux-ci provoquent la disparition de nourriture du hérisson (limaces, insectes, serpents, lézards) ou l’empoisonnent. Ainsi les graines anti-limaces de couleur bleue au métaldéhyde sont très dangereux pour nos amis les hérissons (mais également pour les animaux domestiques et les enfants). Le hérisson ingère souvent une limace empoisonnée avec ce produit et s’empoisonne à son tour.

Enfin, malgré le fait d’être une boule piquante, le hérisson a une peau très fragile, le hérisson reste la proie des mouches s’il s’hasarde hors de son abri durant la journée. Ces insectes pondent leurs œufs entre les piquants du hérisson et par la suite les asticots dévorent l’animal vivant.

Le hérisson, victime de certains parasites comme les tiques, les puces mais aussi différents types de vers tels que intestinaux et pulmonaires représentent ainsi un danger à sa survie. Il peut également contracter des maladies infectieuses qui lui sont souvent mortelles comme la zoonose par exemple.

Rappel : Le hérisson est une espèce protégée, il ne peut être domestiqué. Une loi a été adopté en sa faveur, applicable dans toute l’Europe : Arrêté du 23 avril 2007

Liste de quelques prédateurs des hérissons:

  • la chouette hulotte
  • le sanglier
  • le corneille
  • la buse variable
  • le renard
  • le blaireau
  • le serpent
  • le scorpion
  • l’aigle royal
  • le hibou grand-duc
  • la martre
  • les chats
  • les fouines
  • l’être humain / l’Homme

predateurs-herissons

 

  • l’urbanisation
  • les pesticides

Cette liste de prédateurs concernent les hérissons d’Europe mais pas que, elle correspond à toutes les espèces de hérisson.

Laisser un commentaire

Facebook
Twitter
GOOGLE